Test Waterfall Victoria Evo par On-Mag : des enceintes Hifi, colonnes en verre, qui brillent par leur générosité acoustique

27/12/2017

Waterfall Victoria EVO test ON mag

Waterfall Audio est une marque française d'une vingtaine d'années. Sa principale spécialité se sont les enceintes à coffret en verre. Son expertise et sa maîtrise dans ce domaine la rendent assez unique en son genre. Les colonnes Waterfall Victoria Evo que ne testons ici sont ainsi des modèles parfaitement aboutis et sans réel équivalent sur le marché, ni de prés, ni de loin.

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Waterfall est un constructeur installé dans le sud de la France, plus précisément à Carcès, entre Aix-en-Provence et Sainte-Maxime. Nous le suivons depuis ses débuts sur le marché, il y a presque 20 ans. Personnellement, je me souviens encore de ma première rencontre avec son équipe : Cédric Aubriot et sa fidèle acolyte Nadine Chaix-Dewell. Ces deux amoureux de beaux objets, doublés d'un esprit perfectionniste, nous avaient immédiatement convaincus. Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. À l'époque, j'étais à la rédaction des magazines "Hifi Vidéo" et "Prestige Audio Vidéo". Avec mon collègue et mentor Jacques Vallienne nous étions assez septiques à l'idée de tester une paire d'enceintes en verre. Notre précédente expérience en la matière avec des produits artisanaux s'était soldée par une véritable catastrophe. Or, dés son apparition la Waterfall Victoria "première du nom" nous avait immédiatement convaincus. La qualité d'assemblage des panneaux de verre était impeccable. Le coffret très rassurant ne souffrait d'aucune faiblesse ou fragilité et les performances sonores, tant dans notre laboratoire de mesure qu'à l'écoute, étaient de très bon niveau. Une nouvelle étoile de l'acoustique française était née.

Depuis, Waterfall a su intelligemment étoffer sa gamme, sans pour autant qu'elle ne devienne pléthorique, pour l'adapter à un marché d'audiophiles en quête d'enceintes modernes, au design exclusif. Elle propose trois enceintes colonnes en verre, portant toutes les noms de célèbres chutes d'eau, dont la Victoria est le milieu de série, mais aussi des enceintes murales et encastrables ainsi que plusieurs caissons de grave et les haut-parleurs Custom Pro dédiés aux salles de cinéma privées avec toujours la même exigence de qualité et de performance élevée.

Un équipage acoustique de chez Atohm, un des spécialistes français les plus pointus en matière de haut-parleurs Hifi

Depuis ses débuts, la Waterfall Victoria a peu évolué pour ce qui est du design. Ses lignes se sont certes affinées, notamment au niveau de la forme du pied, mais c'est surtout au niveau des haut-parleurs que les changements les plus importants se sont faits. Ces haut-parleurs proviennent de la marque française et ne s'en cachent pas puisqu'ils en portent fièrement le logo. Ce sont des modèles haut de gamme conçus par Thierry Comte, un acousticien de la Hifi parmi les plus talentueux de sa génération.
Le tweeter porte la référence SD20. Il est équipé d'un dôme en soie avec bobine CCAW (cuivre plaqué argent) de 20 mm et aimant néodyme. Son moteur est complètement encapsulé.
Les boomers sont des LD150, similaires à celui que l'on rencontre sur la petite enceinte fusée de bibliothèque, GT1-HD d'Atohm, dotés de membranes de 15 cm de diamètre, en aluminium traité. Leurs moteurs à aimants ferrite particulièrement puissants, sont dissimulés par des portions de tubes, comme capitonnés extérieurement de cuir, fermées par des grilles arrière. Ces éléments particuliers sont en fait des sortes de lentilles acoustiques, "filtrant" les ondes arrière des boomers, ce qui évite l'utilisation de matériaux amortissant à l'intérieur, comme c'est habituellement le cas dans une enceinte et qui gâcherait ici un peu la vue à travers les parois de verre.
Enfin, sous son socle en fonte métallique moulée, la Waterfall Victoria Evo dissimule un radiateur passif de 21 cm de diamètre (UFR210). Il est toujours signé Atohm et il est possible, si l'acoustique de la pièce le demande, d'ajuster sa fréquence d'accord grâce à de petites masses venant se visser au centre de son diaphragme plat.

Un coffret en verre trempé "made in France" conçu et construit avec un très haut degré d'exigence

La construction de la Waterfall Victoria Evo est sans faille. Ses panneaux de verre, découpés et montés dans des ateliers français, sont assemblés bord à bord avec une colle totalement invisible. Tous les champs sont soigneusement arrondis ne présentant aucun risque de coupure.
L'épaisseur de 6 mm peut sembler faible sur le papier. Le rendu, en réalité, est tout autre. Bien que la Waterfall Victoria Evo soit très fine (à peine plus de 16 cm de largeur et profondeur pour la partie en verre), elle apparaît aussi très rassurante. En frappant avec la pulpe du doigt sur les flancs de l'enceinte, on se rend compte que les parois résonnent très peu et avec un son bien mat. Le verre trempé de haute densité est particulièrement inerte et en outre bien plus résistant aux rayures qu'une finition bois ou peinture laquée. Allant dans ce sens, les modèles que nous avons reçus pour test, bien qu'ils aient déjà beaucoup tourné sur des salons, ne comportaient strictement aucun éclat.
Par parfaire l'inertie du coffret, le bas du baffle support de la Victoria est doublé d'un second panneau de verre. On peut voir derrière lui les câbles de raccordement des haut-parleurs, impeccablement tendus tels des cordes de harpe. Tous les éléments du filtre sont dissimulés dans le socle. Aucun détail esthétique n'a été laissé au hasard.

À l'écoute : une générosité et une ampleur qui contrastent avec la transparence des lignes

Pour décrire la sonorité de ces enceintes Waterfall Victoria Evo, nous pourrions vous faire le coup de l'hyper transparence et des timbres superbement cristallins. Ce serait un peu facile et trompeur. Car le rendu de ces enceintes contraste singulièrement avec leur apparence. La restitution n'a rien d'éthérée ou diaphane. Au contraire, les timbres sont assez charpentés, emprunts d'une agréable douceur dans les aigus. La définition est de haut niveau et l'ensemble est d'une grande propreté. Cependant, le son n'est absolument pas artificiellement clair et ne tombe pas dans le travers d'un aspect chirurgical. Le registre grave est même d'une ampleur très étonnante compte-tenu du volume relativement réduit des coffrets. L'image sonore est ample et généreuse. Elle affiche de très belles et confortables dimensions, sans effets de projection en avant des éléments sonores.

Sur de la musique Electro un peu musclée comme "Big Shank Man" de Chase & Status accompagné de Mr. Vegas, les Waterfall Victoria Evo savent faire preuve d'autorité, suivant avec décontraction, mais fermeté la montée en régime. Avec elle, tout semble facile et on peut monter le volume sonore sans arrière-pensée. Tout reste bien en place, même à niveau élevé.

Certains audiophiles trouveront peut-être que les Victoria Waterfall Evo en font parfois un peu trop dans le bas du spectre. Ces enceintes sont effet généreuses et ne conviennent pas à de trop petites pièces. Le constructeur recommande d'ailleurs un minimum de 20 m2. Mais n'en concluez surtout pas pour autant que les Waterfall Victoria manquent de distinction. Certes, elles peuvent donner de la voix et délivrer un niveau important. Mais elles sont également capables de beaucoup de finesse et détail. Leur registre médium a de la matière et de la vivacité. Il se raccorde très bien avec l'aigu, toujours très doux et raffiné. Les voix et instruments acoustiques sonnent de façon naturelle. L’articulation et la lisibilité de leurs interprétations et de leurs jeux sont toujours au rendez-vous avec une belle énergie, de la spontanéité, mais jamais d'agressivité.

Conclusion

Les Waterfall Victoria Evo sont, comme nous le disions en introduction, des enceintes assez uniques en leur genre réussissant à concilier un design transparent avec une restitution qui a de la matière et de l’ampleur. Certes, leur approche du son n’est pas totalement puriste ou académique, mais elles le font avec beaucoup de séduction, d’homogénéité, de naturel et de générosité. Elles sonnent tout simplement bien. Elles sont particulièrement agréables à vivre sans prise de tête intellectuelle, facile à alimenter même si elles méritent un amplificateur d’un bon niveau qui leur donnera la pêche et de la fermeté. Une belle réussite doublement française.

Le prix indicatif des Waterfall Victoria est annoncé à 3500 € la paire.
Le site du constructeur :
www.waterfallaudio.com

Spécifications

  • Type : enceinte colonne deux voies, accord par radiateur passif
  • Tweeter : dôme soie de 20 mm
  • Boomers : 2x 15 cm à cônes en aluminium traité
  • Radiateur passif de 21 cm sous le socle
  • Coffret en verre trempé
  • Puissance admissible max. : 400 watts
  • Impédance moyenne/minimale : 8/4 Ω
  • Réponses en fréquences à ±3 dB : 48 Hz à 28 kHz
  • Efficacité pour 2,83 V/1 m : 89 dB
  • Dimensions : 25 x 25 x 110 cm
  • Poids : 17 kg l'unité

Notre avis

Website hexatech, web solutions